Chapter 4, 11 July 1948

Title

Chapter 4, 11 July 1948

Subject

Igor Stravinsky

Creator

Nadia Boulanger

Date

11 July 1948

Source

Paul Sacher Stiftung

Type

Letter

Extracted Text

Boulanger to Stravinsky
July 11, 1948
Dear Igor,
What a terrible shock for your poor Sokoloff, for you. What an arrival for Soulima. I imagine the
confusion, the distress of these days when such a great joy coincides with sadness.
Can you [imagine], have I ever let you know that everything that touches you is so close to me
that I believe I participate in it too? I never write to you [because] my letters are always so
hurried, of so little interest. But I never leave you, and I am much closer to you today than ever!!
I imagine you must be crazy about Zizi, and I hope that Françoise’s presence and kindness, and
that seeing her again with your son, are such a happiness for you, that they help you to bear the
sadness that befalls your friend and takes away from you such a close friend.
I’m writing you again these days to thank you for the armoire. I am so happy to have it—and to
speak to you about Orpheus. The orchestra sounds so unimaginably beautiful. The music is . . .
Well, this is why I don’t write you. I feel unworthy of speaking when I know only too well how
to keep quiet. Nevertheless, I know that not a note escapes me, and that I hear you! How I love
you, Dear Igor, and I am so happy to love you . . . as much as I admire you. Your dear Nadia is
very weak, but she is close to your heart and spirit, in a word.
Nadia
Boulanger à Stravinsky
11 juillet 1948
Cher Igor,
Quel affreux choc pour votre pauvre Sokoloff, pour vous. Quelle arrivée pour Soulima.
J’imagine le désarroi, la détresse de ces jours où une si grande joie coïncidait avec le malheur.
Pouvez-vous, vous ai-je jamais donné de savoir que tout ce qui vous touche, m’est si proche que
je crois y participer ? Je ne vous écris jamais[,] mes lettres sont si hâtives, de si peu d’intérêt.
Mais je ne vous quitte jamais et suis aujourd’hui bien plus près que jamais !!
Vous êtes fou de Zizi, je le devine, et j’espère que la présence, que la gentillesse de Françoise et
la revoir avec votre fils vous sont un si grand bonheur, qu’ils vous aident à supporter le malheur
qui frappe votre ami et vous enlève une amie si intime.
Vous récrirai ces jours-ci pour vous remercier de l’armoire. Je suis si heureuse de l’avoir—et
vous parler d’Orpheus, l’orchestre sonne d’une manière inimaginablement [sic] belle. La
musique est…Mais voilà pourquoi je ne vous écris pas. Je me sens indigne de parler quand je ne
sais que me taire. Mais je sais pourtant que pas une note ne m’échappe, et que je vous entends !
Que je vous aime, Cher Igor, et que je suis heureuse de vous aimer…autant que je vous admire.
Elle est bien faible, votre Nadia, mais elle est très près de votre cœur et de votre esprit, de vous
en un mot.
Nadia

Files

Citation

Nadia Boulanger , “Chapter 4, 11 July 1948,” Digital Exhibits, accessed October 18, 2021, https://digex.lib.uoguelph.ca/items/show/2443.

Item Relations

This item has no relations.